Actualités

Le Cloud, un nuage gris dans le ciel d’une planète déjà fragilisée?

changement_climatique
La semaine dernière était marquée par un événement majeur: le lancement de la conférence mondiale sur le changement climatique COP21. C’est l’occasion de faire le point sur nos habitudes d’usages technologiques et leur impact sur l’environnement.  Beaucoup d’articles ont été consacrés au rôle de la technologie dans la protection de l’environnement et la lutte écologique, on se propose donc d’observer l’autre revers de la médaille: quels sont les méfaits du progrès technologique pour la planète? On s’intéresse en particulier au Web et aux ressources informatiques partagées.

Qui dit consommation d’énergie dit émission de CO2 et donc pollution. Internet, les données dématérialisées, le Cloud Computing, les objets connectés… tout ceci rend la vie plus facile, les informations plus accessibles, mais n’est pas sans coûts pour la planète (qui en souffre déjà assez) car ces outils consomment énormément d’énergie.

Le net est souvent la cible des critiques des défenseurs de l’environnement car il est à l’origine de quantités faramineuses d’émissions de gaz à effet de serre. Plus récemment, la dernière invention dans ce domaine, le fameux Cloud, a commencé à subir des critiques de la même nature.

Progrès vs. surconsommation/surpollution

Sauvegarder ses données dans un « nuage » lointain (Cloud) est une belle avancée technologique qui libère l’Homme de plusieurs craintes et contraintes: la peur de perdre des données importantes, le souci d’accessibilité à tout moment… Mais le grand perdant dans cette affaire est, comme toujours, notre chère planète. En effet, les serveurs et Datacenters géants qui permettent de stocker ces données consomment beaucoup d’énergie tant pour leur fonctionnement que pour le refroidissement des appareils.

Cependant, la responsabilité est partagée entre les fournisseurs de ces solutions, qui doivent optimiser leur consommation d’énergie et essayer de réduire leur émission de CO2; et de l’autre côté les utilisateurs du Web et du Cloud  qui doivent adopter un comportement écocitoyen.

Optimiser ses usages technologiques

Des gestes simples comme le fait de débrancher son modem en sortant ou en se couchant, d’éteindre son ordinateur plutôt que de le laisser en veille, et de prolonger autant que possible la durée de vie de ses appareils connectés (vous vous en doutez certes, jeter votre Iphone 6 pour le nouvel Iphone 6s  n’est PAS un geste Planet Friendly!). Concernant le stockage des données dans le Cloud, ça peut paraître anecdotique mais aucun geste n’est inutile: ne stocker que les données dont vous pensez vous servir à nouveau, éviter les données  trop volumineuses que vous avez peu de chances de consulter à nouveau (à quoi bon avoir « à portée de clic » un long film que vous avez déjà vu trois fois et que vous connaissez déjà par cœur?)

Avoir un mode de vie en parfaite harmonie avec les exigences de la lutte climatique n’est certes pas facile, mais adopter les petits gestes du quotidien qui ne coûtent rien peut apporter votre petite contribution au salut de la planète!

Vous avez un projet en cours, voulez-vous le reprendre ? Reprendre
+