À la uneActualités

Du e-commerce au m-commerce: ce que les courses de Noël révèlent

commerce mobile
La période des fêtes de fin d’année représente la meilleure occasion pour faire le point sur l’évolution des habitudes de consommation et en particulier les nouvelles formes de commerce : le e-commerce qui est déjà bien établi comme pratique répandue chez une large part de la population, et le m-commerce qui commence à se faire une place de plus en plus importante. Qui sera gagnant en attirant le plus de clients : Les boutiques classiques, les e-commerces, les m-commerces? Pure-players, places de marché, multi-canal? Chaque année la concurrence est rude, mais l’évolution des usages technologiques est en train de modifier radicalement l’équilibre des forces.

Le mobile pour repérer, les canaux plus classiques pour acheter

L’époque où le premier réflexe pour un acheteur était de se déplacer à son magasin préféré est révolue, aujourd’hui le premier réflexe pour un Français sur deux est de chercher le produit désiré sur Internet. Selon le terminal utilisé pour se connecter –smartphone, tablette, pc– le comportement des cyberacheteurs diffère. Le e-commerce est déjà bien établi dans les habitudes de consommations, près de 90% des internautes ont acheté au moins une fois un produit ou un service sur un site e-commerce. Le M-commerce (achat sur mobile) connaît la croissance la plus fulgurante mais peine pour le moment à s’accaparer une grande part de marché : un grand nombre de mobinautes se contentent de consulter les produits sur leur mobile mais hésitent à franchir le pas pour concrétiser leur achat, ils attendent de passer sur ordinateur ou en magasin pour acheter le produit qu’ils ont déjà repéré. Ce nouveau phénomène s’appelle le showrooming et occupe une place importante dans les usages des mobinautes, au point que les vendeurs commencent à s’y adapter et à intégrer cette pratique dans leurs offres.

Le paiement mobile, source de réticence ?

Pour la majorité des internautes les prix ne sont pas le principal critère qui les fera franchir le pas, mais plutôt le service et la disponibilité. Un service commode et une bonne « User experience » peut le décider à acheter plus qu’un prix bas. Cependant, pour des considérations de sécurité et probablement de confiance, ils sont nombreux à bouder le paiement mobile pour le moment et à y préférer les moyens de paiement plus classiques.

Les solutions de paiement mobile sont en train de se développer et parviendront probablement à convaincre les mobinautes pour se transformer en M-shoppeurs!

Vous avez un projet en cours, voulez-vous le reprendre ? Reprendre
+